Study your flashcards anywhere!

Download the official Cram app for free >

  • Shuffle
    Toggle On
    Toggle Off
  • Alphabetize
    Toggle On
    Toggle Off
  • Front First
    Toggle On
    Toggle Off
  • Both Sides
    Toggle On
    Toggle Off
  • Read
    Toggle On
    Toggle Off
Reading...
Front

How to study your flashcards.

Right/Left arrow keys: Navigate between flashcards.right arrow keyleft arrow key

Up/Down arrow keys: Flip the card between the front and back.down keyup key

H key: Show hint (3rd side).h key

A key: Read text to speech.a key

image

Play button

image

Play button

image

Progress

1/57

Click to flip

57 Cards in this Set

  • Front
  • Back

Électroencéphalogramme (EEG)

Enregistre les différences de potentiels de quelques dizaines de microvolts (μV).

EEG détecte

Champs électriques générés par les courants synaptiques provenant des neurones de l'ensemble du cerveau.

Pour être détecté à la surface du scalp

Il faut que des milliers de neurones soient activés en même temps pour que le signal atteigne une valeur suffisante pour être détectée.

L'amplitude du signal EEG dépend

de la synchronisation de l'activité des neurones.

Magnéto-encéphalogramme (MEG)

Détection du champ magnétique généré par l'activité synchrone des cellules corticales.

Rythmes de l'EEG

- Rythmes ß
- Rythmes α
- Rythmes θ
- Rythmes δ

Rythmes ß

>14 Hz


Activation globale du cortex

Rythmes α

8-13 Hz


État d'éveil calme

Rythmes θ

4-7 Hz


Certains états de sommeil

Rythmes δ

<4 Hz


Sommeil profond

Les rythmes thalamiques peuvent

entraîner les rythmes corticaux


Synchronisation des rythmes

2 cas:


- Un neurone qui dirige les autres: thalamus dirige (pacemaker)


- Ensemble des neurones qui interagissent: dans le thalamus (comportement collectif)

Crise d'épilepsie

Formes paroxystiques de l'activité synchrone u cerveau. Neurones déchargent tous en même temps (pas de traitement d'information possible).



Signaux enregistrés lors de crises d'épilepsie

Signaux d'une très grande amplitude enregistrés sur l'ensemble du cerveau. Même décharge sur tous les enregistrements.

Sommeil


État réversible de sensibilité réduite et absence d'interaction avec l'environnement.

Trois états fonctionnels du cerveau

- Éveil


- Sommeil à ondes lentes


- Sommeil paradoxal

Caractéristiques de l'éveil

EEG: faible amplitude (pas beaucoup de synchronisation), rythme rapide (bcp de neurones actifs)


Sensation: vive, origine externe


Pensée: logique, progressive


Mouvement: continu, volontaire


MOR (mouvement des yeux): Fréquents

Caractéristiques du sommeil à ondes lentes

EEG: forte amplitude (plus synchro), rythme lent (moins d'activation)


Sensation: Absente ou très atténuée


Pensée: logique, répétitive


Mouvement: occasionnel, involontaire


MOR (mouvement des yeux): Rares

Caractéristiques du sommeil paradoxal (REM sleep)

EEG: Faible amplitude, rythme rapide


Sensation: Vive, générée intérieurement


Pensée: Vive, illogique, étrange


Mouvement: Atonie musculaire, mouvement commandé par le cerveau non réalisé


MOR (mouvement des yeux): Fréquents

Interprétation de l'amplitude de l'EEG

Faible: peu de synchronisation entre les neurones.


Forte: beaucoup de synchronisation

Interprétation des rythmes de l'EEG

Lent: Peu de neurones actifs (moins d'activation)


Rapide: beaucoup de neurones actifs

Sommeil lent

- Cerveau fonctionne au ralenti dans un corps mobile


- Activité parasympathique


Récupération

Sommeil paradoxal

- Cerveau actif halluciné dans un corps paralysé


- Sommeil du rêve


- Activité sympathique

Modifications des paramètres physiologiques pendant le sommeil lent et paradoxal

- Mouvement des yeux


- Fréquence cardiaque


- Fréquence respiratoire


- Érection


--> Tout est plus élevé pendant le sommeil paradoxal (activation système sympathique)

Les changements de rythme EEG

caractérisent les stades du sommeil

Stades de sommeil

- Sommeil paradoxal


- Stade 1 du sommeil lent


- Stade 2 du sommeil lent


- Stade 3 du sommeil lent


- Stade 4 du sommeil lent

Rythme sommeil paradoxal

Rythmes ß: > 14 Hz


- éveil relativement facile

Rythme stade 1 sommeil lent

Sommeil léger:


Rythmes θ: 4-7 Hz


- éveil relativement facile

Rythme stade 2 sommeil lent

Sommeil plus profond:


Fuseaux: 8-14 Hz


Absence de mouvements occulaires

Rythme stade 3 sommeil lent

Sommeil encore plus profond:


Rythmes δ: < 4 Hz


Aucun mouvement du corps ou oculaires

Rythme stade 4 sommeil lent

Sommeil le plus profond:


Rythmes δ: < 4 Hz


Aucun mouvement du corps ou occulaires

Évolution du sommeil au cours de la vie

- La durée du sommeil diminue progressivement tout au long de la vie


- La durée du sommeil paradoxal (REM sleep) reste relativement stable à partir de 10 ans

Une des fonctions du sommeil

- Consolidation de la mémoire

Au cours des périodes de sommeil paradoxal

les sujets présentent un pattern d'activation cérébrale similaire à celui qu'ils ont activés pendant la journée (ex. tâche d'apprentissage)

Les neurones les plus impliqués dans le contrôle du sommeil et de l'éveil

font partie des différents systèmes modulateurs diffus

Les neurones modulateurs du tronc cérébral sécrétant

de la noradrénaline et de la sérotonine sont actifs pendant l'éveil et accentuent l'état de veille.

Certains neurones sécrétant de l’acétylcholine

participent aux événements critiques du sommeil paradoxal

Neurones cholinergiques

déchargent activement pendant l'éveil.


Font que le cortex est actif.

Les systèmes modulateurs diffus

contrôlent les activités rythmiques du thalamus, qui contrôle à son tour de nombreux rythmes EEG du cortex cérébral.

Les rythmes lents du thalamus associés au sommeil

bloquent apparemment le flux des informations sensorielles vers le cortex.



Dans le sommeil, des systèmes modulateurs "descendants"

entrent également en jeu, par exemple pour inhiber les neurones moteurs au cours du rêve.

Mécanismes neuronaux: le sommeil lent

Le taux de décharge du système activateur ascendant (AAS) diminue suite à l'augmentation de l'influence inhibitrice des neurones GABAergiques de l'aire préoptique ventrale de l'hypothalamus (VLPO):


Mécanismes neuronaux: le sommeil paradoxal

Le sommeil paradoxal est caractérisé par l'inhibition des systèmes activateurs monoaminergiques (LC et DR). L'activation télencéphale est soutenue par le système cholinergique.

Narcolepsie

Perte des neurones orexinergiques.
Accès brusque de sommeil, lié à une diminution des neurones à orexine de l'hypothalamus.


Orexine

= hypocrétine

Cataplexie

Perte soudaine de tonus musculaire:


Perte/diminution de l'activité des neurones à orexine et une forte émotion positive peuvent déclencher la cataplexie.

Les rythmes circadiens

sont associés au mouvement de rotation de la terre

Le niveau de l'hormone de croissance (sommeil)

est maximale pendant le sommeil

Le niveau de cortisol (sommeil)

augmente pendant pendant le sommeil et diminue pendant la veille.

Rythme circadien autonome humain

24.5- 25.5 heures


Horloge biologique indépendante de l'environnement.

Fonction sommeil: consolidation mémoire

Dormir après avoir appris aide à retenir (pas seulement pendant le sommeil paradoxal)

Le sommeil aide à récupérer

au niveau des muscles et du cerveau

Système stimulant l'activation du thalamus et du cortex

- BF: prosencéphale basal, noyau basal de Meynert


- DR: raphé dorsal


- LC: locus coeruleus

Baisser l'activation du cortex

Permet au système de récupérer

Sommeil paradoxal: système cholinergique

Système cholinergique active le cortex et le thalamus de façon restreinte (inhibition des projections vers la moelle épinière)

Cellules ganglionnaires

coordonnent l'activité avec le milieu extérieur

Mélatonine

Hormone qui va coordonner les rythmes aide à se calibrer sur l'extérieur.