Réflexion Clinique, Humaine, Éthique Et Théologique À Partir D’un Cas Clinique

3030 Words Jun 26th, 2014 13 Pages
QUESTION DE SCIENCES RELIGIEUSES :
Questions d’éthique chrétienne

QUESTION DE SCIENCES RELIGIEUSES :
Questions d’éthique chrétienne

Travail :
Réflexion clinique, humaine, éthique et théologique à partir d’un cas clinique

Année académique 2011-2012

1. Description clinique :
Le cas clinique que je vais exposer concerne la fille d’une amie de ma maman. X a 30 ans, elle est une handicapée mentale et physique, suite à une complication lors de l’accouchement (anoxie cérébrale) entrainant des séquelles irréversibles. Tout au long de sa vie, X a eu plusieurs ennuis de santé nécessitant divers interventions médicales (alimentation parentérale, pompe à baclofène,…) L’année passée, cette
…show more content…
Ce sera la mort ou la vie. Pour la maman de X, qui se bat depuis tant d’années contre les douleurs et les effets du handicap cela peut être interprété comme un échec de la part de la médecine de pouvoir soulager (permettre de mieux respirer) sa fille en dépit de la guérir (cerveau atteint, conséquences impossibles à soigner).
Tout d’abord, le choix de retirer l’intubation de X, ce qui signifierait la mort. Le fait que les docteurs puissent envisager cette possibilité découle surement d’une longue réflexion, on ne propose pas la mort d’un enfant à une maman, quand le problème médical peut être résolu. Peut-être pour eux, après de nombreuses interventions médicales, le fait de poser une trachéotomie serait une sorte d’acharnement thérapeutique pour cette fille à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Mais la médecine n’est pas-t-elle là pour permettre un meilleur confort de vie ? Proposer la mort ne serait ce pas un peu « choquant » alors qu’on sait que X aurait pu avoir une vie normale si certains actes avaient été réalisés lors de la grossesse de la maman. Néanmoins, la médecine a permis à X de vivre jusque 30 ans alors qu’on lui prédisait tout au plus 5 ans à sa naissance. Mais retirer l’intubation de X alors que celle-ci se porte bien et regarde sa famille d’un air heureux n’est pas en quelque sorte un homicide ? Si la famille faisait ce choix alors que X se porte mieux, cela…

Related Documents